Une première ronde très « slow » pour Théo

Slo …vaquie, Slo…vénie…. La première syllabe est identique, et on a parfois du mal de situer précisément sur une carte les deux petits pays fraîchement arrimés à l’Union Européenne et qui ne sont séparés que par l’Autriche.
Une confusion que ne fera assurément pas Theo Ciccoli, le champion de France petit-poussin. Theo a en effet la double nationalité française et slovaque, mais après un mois d’été passé sur la terre de ses ancêtres, c’est bien vers la Slovénie qu’il a mis le cap jusqu’au 19 novembre pour les championnats du monde des jeunes.
A Maribor, la 2e ville du pays, Theo aura à coeur de confirmer son très bon résultat des championnats d’Europe en août dernier à Prague : 4e (3e ex-aequo) après avoir mené le tournoi pendant les 7 premières rondes.
Pour ses premiers championnats du monde, Théo est 8e Elo sur la ligne de départ. Dans la catégorie des moins de 8 ans, ça ne veut toutefois pas dire grand chose, car de nombreux joueurs sont non-classés. Notamment tous les Chinois, qui font souvent figure d’épouvantails dans les petites catégories.
A la 1ère ronde, le benjamin (dans le sens de plus jeune !) de l’équipe de France est opposé au Polonais Krzysztof Kabacinski (un nom et surtout un prénom qui vaudrait assurément le jack-pot au Scrabble). La Pologne est une nation qui mérite toujours le respect dans le domaine des échecs, tout particulièrement chez les jeunes.
Cette 1ère ronde face à un joueur non-classé pouvait donc être synonyme de partie piège pour Theo.
Faute de repère (pas de partie de l’adversaire), et surtout de temps pour se préparer, puisque les appariements ont été connus moins d’une heure avant le début de la ronde, le champion de France petit-poussin récite ses gammes et joue ce qu’il connaît le mieux. Les Blancs ne montrent aucune velléité offensive en jouant le timide Rh1 suivi de f3. Du coup, Theo en profite pour préparer slo…wly (calmement !) le contre-jeu habituel des Noirs de la Sicilienne sur la colonne c. Il ne laisse pas passer l’occasion de placer le thématique sacrifice de qualité en c3 qui détruit la structure des pions blancs à l’aile-dame. Le reste n’est plus, comme on dit, qu’une question de technique. Gain du pion doublé c, échange des pièces, et passage en finale de pions avec deux unités de plus. Une partie propre et très tranquille. Très slow…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *