Theo aussi fort qu’un Turc

Les adeptes de la bouteille à moitié vide penseront que c’est un demi-point de perdu. Ceux de la bouteille à moitié pleine affirmeront que c’est toujours ça de pris.
Sur la table 1, avec trois points en autant de rondes, Theo n’a pu faire mieux que nul face au Turc Baylav. Mais il reste invaincu et c’est assurément le point positif (à défaut d’être celui de la victoire).
Pas de gros regrets à avoir dans la partie où il ne s’est finalement pas passé grand chose en dépit des 52 coups qu’elle a duré, si ce n’est dans l’ouverture.
Après une attaque du Grand-Prix à la 2e ronde, nous avions décidé d’affronter la Sicilienne sur les grandes lignes, toujours dans le même souci de diversifier les ouvertures de Theo et d’éviter les préparations adverses.
Theo réussit à placer l’attaque Velimirovic qui avait été préparée longuement le matin et l’adversaire ne semblait pas familier avec cette variante au vu du temps qu’il a mis pour jouer un coup théoriquement légèrement inférieur.
Malheureusement, c’est Theo qui s’égare au 12ème coup en oubliant ce qui avait été préparé et qui intervertit deux coups. Et là, adieu la position d’attaque très prometteuse qui lui tendait les bras.
Les Noirs égalisent finalement assez facilement au sortir de l’ouverture et c’est même Theo qui doit s’employer pour ne pas tomber en désavantage. Après un échange des Dames bienvenu pour Theo, on peut penser, devant les atermoiements du joueur Turc au début de la finale, que le Français va finir par l’emporter, mais il n’en est rien. Theo manque une suite qui lui permet de prendre un bon avantage en finale et les 20 derniers coups sont joués à la fois par inertie, mais aussi probablement parce qu’il est interdit de proposer nul avant le 40e coup.
Demain, Theo sera opposé, avec les Noirs, à l’Allemand Niemann. Encore un non-classé dont il faudra se méfier.
A noter qu’en dehors de l’échiquier, Theo a eu droit aujourd’hui aux honneurs du site officiel qui a publié sur sa page d’accueil le bel article du Républicain Lorrain qui lui était consacré.  par  VINCENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *