Ronde 6 : Theo vire en tête !

On s’attendait à une partie difficile face au Georgien Kacharava. Bien que non-classé, l’adversaire était effet un sérieux client.
Il avait terminé 4e l’année passée dans la même catégorie (donc avec une année de moins), il a battu à la première ronde le n°1 du tournoi, un Russe classé presque 1900, et surtout, il était seul en tête jusqu’à aujourd’hui avec 100% des points.
De plus, un petit  tour sur différents sites Georgiens pour en apprendre un peu plus sur lui ne fut pas pour nous rassurer, puisqu’on constata qu’il ne perdait quasiment jamais (aucune partie perdue sur les 17 officielles recensées en 2012).
Mais comme l’a si bien dit … Jacques Coeur (l’argentier de Charles VII !), à coeur vaillant, rien d’impossible. Theo était remonté à bloc et sentait l’exploit possible.
On pressentait fort que pour sa 3e partie avec les Noirs, il allait être confronté à une 3e Sicilienne. Après une attaque du Grand-Prix dans la première, et une grande variante de la Sicilienne dans la suivante, la grande question (surtout pour l’adversaire, d’ailleurs), était de savoir si Theo allait ouvrir la Sicilienne ou non. Finalement, il avait été décidé de ruser dans l’ordre de coups, pour essayer d’embrouiller l’adversaire. Cc3 au 2e coup, pour lui faire croire à une attaque du Grand-Prix, avant de jouer Cf3 au 3e pour laisser penser à une ouverte, et finalement Fb5 au 4e, ce qui maintenait la Sicilienne fermée.
On ne sait pas si l’adversaire a été désorienté par cet ordre de coups, mais toujours est-il qu’il n’a pas réagi au mieux, puisqu’il permet à Theo de lui infliger des pions doublés en autorisant l’échange en c6. La suite aurait pu (et dû) être une brillante démonstration positionnelle, puisque Theo commence par gagner proprement un des deux pions doublés dans une situation d’école, avant de faire une leçon à l’adversaire sur la domination du Cavalier sur le mauvais Fou.
Les difficultés évoquées plus haut n’ont finalement pas été celles escomptées, puisque Theo a complètement étouffé son adversaire qui n’a jamais vu le jour, mais plutôt sur le plan de la concrétisation de l’avantage. Il ne faut pas oublier que nous sommes avec des petits-poussins et que les parties ne sont jamais complètement linéaires. Et ce fut le cas encore aujourd’hui, puisqu’au moment de conclure la partie, Theo a été un peu trop gourmand en allant chercher un 2e pion, puis un 3e. Ce faisant, il a laissé l’adversaire sortir son mauvais Fou de sa boîte, et surtout pénétrer la Tour adverse en 2e rangée. Mais heureusement (pour Theo), le Georgien n’a rien fait de cette activité naissante, à part quelques échecs vengeurs, avant d’abandonner.
Comme l’a dit Theo après la partie, l’important est d’avoir gagné. Certes. Qui plus est en dominant totalement son adversaire. Après avoir affiché de solides dispositions tactiques, Theo a démontré aujourd’hui qu’il pouvait également jouer positionnel.
Au deux tiers du tournoi, il se retrouve seul en tête avec un demi-point d’avance sur son adversaire du jour. Il affrontera demain le Russe Tsoi, le plus fort Elo du tournoi. Au vu de la partie d’aujourd’hui, on peut commencer à rêver…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *