Ronde 3 vue par Vincent

Presqu’une journée de repos pour Theo. J’avais dit avant la ronde que l’Italien Becchi était un adversairà sa portée. Une litote en fait pour éviter de dire que c’était une partie à priori facile. Pas d’excès de confiance. Mais on ne pensait tout de même pas que l’adversaire du jour serait aussi conciliant. Afin de diversifier les ouvertures et éviter du coup d’éventuelles préparations, nous avions décidé de jouer une Scandinave. Adieu toutes nos savantes préparation, l’adversaire joue une variante inférieure dès le 4e coup avant de développer son Fou f1 en b5 au 8e coup. Un coup de développement naturel dans de très nombreuses ouvertures. Sauf qu’ici le Fou en b5 est en prise gratuitement ! Une pièce de plus au 8e coup, c’est un avantage plus gros qu’il n’en faut pour Theo. Et ce n’est pas tout, puisque l’adversaire laisse faire quelques coups plus tard une fourchette qui gagne une tour. On aurait pu s’arrêter là, mais finalement les deux joueurs vont faire durer le plaisir (même si le plaisir était surtout pour Theo) en continuant la partie jusqu’au mat au 63e coup, dans une position où Theo a Roi, Tour et Fou contre Roi sans aucun pion de chaque côté. Ce sont finalement les deux pièces gagnées dans le début qui ont fait la différence.
Avec 3/3, Theo commence idéalement son championnat. Les trois premiers Elo ayant déjà lâché quelque chose, Theo se retrouvera du coup table 1 demain (en étant le joueur fort).  Les choses sérieuses devraient débuter. Il sera opposé au Turc Baylav. En espérant bien que le fameux dicton (fort comme un Turc) ne s’applique pas toujours aux échecs. 
à droite avec les blancs l’adversaire de Théo à la ronde 4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *